Le bénévolat

Présentation du bénévolat d’accompagnement

 

Accompagner, c’est faire un bout de chemin avec l’autre, à son rythme, dans la même direction.

Quand le malade arrive en fin de vie, il entrevoit souvent la séparation finale avec un sentiment d’angoisse et de grande solitude intérieure.

Qui sera là auprès de lui et de ses proches en ces instants, pour les écouter de longs moments exprimer leur peine, voire leur agressivité dans une douleur trop lourde à porter ?

Le médecin, les soignants, l’équipe paramédicale, tous à un moment ou un autre se pencheront vers eux, rempliront cette mission d’écoute fraternelle. Mais il leur incombe d’accomplir en priorité des tâches spécifiques.

Les bénévoles, par leur disponibilité, les relaieront dans la présence et dans l’écoute.

Le bénévole n’est ni un professionnel de santé ni un psychologue , il ne prodigue aucun soin.

II n’est pas non plus un visiteur, un ami ou un parent, quelqu’un qu’on voudrait épargner.

II est simplement le témoin, le tiers solidaire, habité par le désir  d’une solidarité forte avec ceux qui franchissent le dernier passage.

Il apporte un remède à la carence face à la mort d’une société lointaine et pressée.

Sa motivation se nourrit d’une expérience humaine qui l’a préparé à comprendre et à aider.

 

 

 Que fait un accompagnant bénévole ?

 

  • Il s’engage à se rendre disponible, une fois par semaine, au domicile ou en institution auprès d’un ou plusieurs malades qui lui sont désignés par le coordinateur de son équipe ou par un soignant.

  • Il s’engage à participer toutes les mois à un groupe de parole qui réunit son équipe autour du coordinateur et d’un psychologue.

  • Il est formé à l’écoute de l’autre et à l’attention à ses besoins. Il approfondit cette faculté, ainsi que la gestion des émotions, au cours de sessions de formation permanente organisées par son association.

  • Les accompagnants bénévoles savent que l’accompagnement n’implique aucune action matérielle , aucun geste technique. Mais qu’il consiste à cheminer avec le malade, à son rythme,  sans projet pour lui ou ses proches, dans le respect de ses désirs et de son état dans ” l’ici et maintenant “.

  • Les accompagnants interviennent dans le cadre d’une équipe coordonnée et animée par un bénévole coordinateur, qui assure la liaison avec l’équipe soignante.

  • Pour un partenariat fructueux avec l’équipe soignante, le bénévole est appelé à cultiver le non jugement, la confidentialité et la faculté d’écoute

  • L’accompagnant bénévole peut être une aide et un appui pour le malade et ses proches, mais aussi pour les soignants qu’il côtoie, par son écoute et par la reconnaissance de leur fonction, de ce fait gratifiée.

     


    Le rôle des bénévoles est défini 

    dans l’article 7 de la Charte des soins palliatifs :


    « Les bénévoles qui participent à l’accompagnement du malade sont considérés comme des collaborateurs de l’équipe de soins. Ils veilleront à ce que leur action n’interfère, en aucun cas, avec la pratique des soins médicaux et paramédicaux. Ils ne devront s’adonner à aucune pratique, technique ou méthode étant présentée comme étant, ou pouvant être une ressource thérapeutique substitutive, adjuvante ou complémentaire de celle prescrite par le médecin.

     

    Leur rôle est d’écouter et de conforter, par leur présence attentive, le malade et son entourage.

     

    Les bénévoles auront été préparés spécialement à cette présence discrète et ils seront soutenus psychologiquement tout au long de leur action. »